NATHALIE
THIBAULT

Errances affectives, à caractère pictural
14 octobre au 13 novembre 2005
(petite galerie)

« Je m’approprie le temps par des moments de peinture, éprise d’un désir continu de concrétiser mes idéaux. Ces instants me permettent d’engourdir des perceptions façonnées d’avance, assimilées parfois malgré moi, pour ainsi laisser émerger une perception brute, à l’écart des convenances. Par la couleur, objet premier de peinture, je crée des différences, des identités n’ayant leur histoire qu’à l’intérieur de chaque dialogue pictural. Elles sont le résultat de gestes libres, qui ne se contentent pas du déjà là, mais qui interroge la matière, jusqu‘à lui soutirer une forme de beauté, une réalité sensible. »
– N. T.

Nathalie Thibault aborde la peinture intuitivement et se laisse guider par les couleurs qui s’imprègnent sur la toile. La réalisation de ses œuvres se fait dans un perpétuel dialogue entre la peinture et sa sensibilité, qui ne trouvera son aboutissement qu’au terme de son travail.

Le projet présenté dans la petite galerie s’oriente vers les possibilités d’intégration de sa pratique picturale à l’architecture. L’œuvre se présente sous la forme de deux cloisons disposées parallèlement, l’une recouverte de bardeaux d’asphalte et l’autre de gypse. Complètement contraires de par leur texture mais aussi tellement complémentaires, elles servent à la fois de surfaces de travail et de structures contribuant à réduire l’étendue de la pièce, invitant le spectateur à y pénétrer et à aborder l’œuvre de près. Nathalie Thibault transforme cette structure née de l’enchevêtrement des bardeaux, forte contrainte, en une pleine habitation de l’espace par la couleur.

Nathalie Thibault vit et travaille à Québec. Elle détient une maîtrise en arts visuels de l’Université Laval. Elle enseigne au centre d’art la Maison Jaune, (Québec) pour le cours « Dialogue avec la créativité ». En 2004, elle expose Murmures et cacophonies de la couleur à Rouje, pour la fin de sa maîtrise. Elle a participé à l’exposition collective et indépendante Massacre à la scie, en 2004.

Vernissage le vendredi 14 octobre à 20h
En présence de l'artiste