BLAISE
CARRIER-CHOUINARD

Blaise Carrier-Chouinard
13 janvier au 12 février 2006
(petite galerie)

L'Œil de Poisson reçoit dans sa petite galerie Blaise Carrier-Chouinard, récipiendaire du prix Tomber dans l'Œ'il en 2005. C'est la huitième année que le centre remet ce prix à un finissants du baccalauréat en arts plastiques de l'Université Laval.

Aussi prolifique que surprenant, il est de ces personnes qui, sans avoir de discipline fixe, se permettent de virevolter d'un sujet à l'autre dans des univers éclatés dont les mises en scène sont chargées d'humour et d'ironie. Particulièrement touché par « l'homme mystificateur », celui qui aime l'illusion et qui la provoque, il a consacré ses dernières productions sur ce thème.

« Les leurres que produit l'humanité sont parmi les plus grands aveux de son impuissance – de l'architecture religieuse aux nouvelles de six heures en passant par David Copperfield et la performance. Jusqu'à notre mort, même les plus existentialistes d'entre nous désirons croire au Père Noël. La nécessité de croire en est une extrêmement puissante, elle nous pousse à tromper et à forcer notre propre naïveté. Cette ingénuité, nous y consentons tous; lorsque nous écoutons le hockey, que nous demandons une prescription où que nous attendons un téléphone important, ressemble étrangement à l'espoir et c'est pourquoi elle demeure inhérente à l'homme.

En se basant sur ce principe, je lie le désir de faire de l'art à celui de tromper. Je crois qu'un artiste s'acharne à tromper la mort, la société, la communauté culturelle, la vie et finalement lui-même. C'est avec affection qu'il aborde la mystification maladroite de l'art en mettant en scène son statut d'auteur.

L'auteur cherche à leurrer en même temps qu'il met en évidence un désir de leurrer. Ce désir n'est cependant pas le sien, il est, lui aussi, un artifice mettant en abîme les véritables aspirations de l'artiste. En quelque sorte, je provoque mon propre échec en croyant que c'est dans cette dichotomie que se trouve le pouvoir de la création : dans une tentative et dans son échec irrémédiable. » – B. C.-C.

Première solo de l'artiste, cette exposition sans titre est une installation basée sur le principe du faux-décor. Des éléments trouvés et construits sont mis en scène et jouent le rôle de façade, derrière laquelle se trouve l'auteur et dont les intentions risquent d'être ambiguës.

Blaise Carrier Chouinard vit et travaille à Québec. Il détient un baccalauréat en arts visuels, concentration multimédia de l'Université Laval (2005). Il a participé à l'exposition des boursiers, présentée à la Galerie des arts visuels de l'Université Laval (2005), ainsi qu'à l'exposition collective La grandes marée, à la galerie Rouje (Québec 2004). Sa vidéo Yard Guard a été diffusée lors de l'événement Cathodiques Pratiquants au Lieu, centre en art actuel (Québec) et lors du Festival international de vidéo d'art de Casablanca (Maroc, 2004).

Vernissage le vendredi 13 janvier à 20h