PATRICK
BÉRUBÉ

Il y a quelque chose qui m'échappe...
31 mars au 30 avril 2006
(petite galerie)

Patrick Bérubé a une pratique essentiellement en installation et en intervention in situ. L’espace et le lieu sont très importants dans son travail, autant dans le processus de création que dans l’œuvre elle-même. Partant de l’idée que tout visible peut comporter un côté caché, il nous conduit, comme le ferait un funambule, dans un déséquilibre continuel sur le fil des paradoxes et des ambiguités. Il soulève les voiles, les dessous de ce qui est préétabli ou conventionnel et les fait rebondir en nous révélant d‘autres perspectives. Il porte une réflexion sur l’aspect et le sens caché des êtres et des choses.

« Tout d’abord, les dessous sont souvent destinés à ne pas être vus, mais pourtant, ils peuvent quelquefois cacher ou dissimuler des éléments secrets ou des informations importantes, tels que des avertissements, des directives, des lacunes, etc. De plus, les dessous peuvent souligner le côté plus négatif des choses, comme l’infériorité, l’insuffisance, la faiblesse, la contrainte, l’obéissance par rapport à un pouvoir. De la sorte, je tente ici, de me soustraire à ces conformations en les mettant tout simplement en évidence. […]

Questionnant nos comportements et nos réactions devant de petites détresses quotidiennes, de pertes de contrôle, de malaises, l’installation peut apparaître comme génératrice de désir et comme régulateur du plaisir. Par exemple, une vitre révèle autant qu’elle dissimule; elle stimule, mais isole également. Paradoxalement, cette aliénation permet de déclencher un désir et par le fait même, de créer un manque. Le plafond vitré agit donc symboliquement comme protection mais emprisonne également. Par sa transparence, une vitrine nous permet de voir, mais peut aussi nous empêcher d’entendre ou de toucher. Par conséquent, les dessous contiennent souvent une source de frustration (interdictions, mises en garde, dates d’expiration, prix, etc.) et la chose la plus commune, dès qu'on nous la cache ou nous l’interdit devient un délice; de même que la force mystérieuse d’un secret ou d’un chuchotement. Les dessous, ce désordre de mots et de barricades, cette révolte, que disent-ils de la société, de ses latences, de ses espérances? Dans la faille du dire et du faire, que doit-on déceler? Notre destin commun n'est-il pas d'être leurré, frustré, contraint, soumis à la loi de la tromperie? » – P.B.

Patrick Bérubé vit et travaille à Montréal. Il a présenté son travail lors de la Manif d’art 3 (2005) où il a remporté le prix du jury. Il a réalisé plusieurs expositions solo, notamment au centre Skol à Montréal (2005) et à la galerie Séquence à Chicoutimi (2005). Ses œuvres seront bientôt présentées à la galerie Circa (Montréal) et à la galerie Verticale (Laval).

Patrick Bérubé a bénéficié du soutien de l’Œil de Poisson pour la réalisation de son projet, dans le cadre du programme artiste en atelier.

Vernissage le vendredi 31 mars à 20h
Carte blanche à DJ Sapin