LOUIS
FORTIER


Déroutes quotidiennes
3 novembre au 3 décembre 2006
(petite galerie)

On imagine très bien Louis Fortier dans son atelier en train de couler LA forme hybride provenant de moulages de sa tête. De son travail sur l’identité – objets-empreintes manipulés, reclonés et déformés – émerge un uni-vers dense, peuplé des perceptions fuyantes qui animent le quotidien.  Pour l’artiste, le projet consiste à revisiter son anatomie, multipliant les angles d’observations et les transformations, dans une tentative d’approcher une essence de l’être qui reste malgré tout insaisissable. Pour Déroutes quotidiennes, projet in situ conçu pour la nouvelle petite galerie de l’Œil de Poisson, l’artiste souhaite tisser des liens entre la matière-objet et la (sa) matière grise. Questionnements inhérents au processus de création et pensées furtives seront retranscrits ici et là dans le parcours d’exposition. On pourra peut-être aller jusqu’à croire que des pensées envahissent les figures distorsionnées, de dos, de face, réduites comme si finalement elles nous révélaient leurs aspirations, incertitudes, joies subites et autres humeurs intempestives.

Louis Fortier vit et travaille à Montréal. Il a présenté plusieurs expositions solo dont le Journal des humeurs chez Clark (Montréal) et AXENÉO7 (Gatineau-Hull) et réalisé une résidence d’artiste au Centre Sagamie (Alma) en 2003. En janvier 2007, il sera de l’exposition La tête au ventre à la Galerie Leonard & Bina Ellen de l'Université Concordia (Montréal). Il est coordonnateur administratif du centre d’artistes SKOL, depuis 2000.

L’artiste remercie le Conseil des arts et des lettres du Québec, Marie-Andrée Saint-Pierre et Alexandre Tardif