ROBERT
SAUCIER & KIT


Infrasense
3 novembre au 3 décembre 2006
(grande galerie)

Avec l’installation multimédia Infrasense, Robert Saucier & Kit proposent un questionnement ouvert sur les méthodes insidieuses qu’ont les virus tant biologiques qu’informatiques pour s’infiltrer dans nos vies contemporaines. Développée autour des concepts du « Cheval de Troie » (concept de guerre et de déception toujours aussi actuel si on y réfléchit bien) et du « bogue », l’installation propose différentes méthodes d’infiltration.

Univers numérique. Interaction. Jeu de rôles. Déplacements. Manipulations.

Simulation : Six chevaux sonores se déplacent lentement dans l’espace de la grande galerie. Interreliés à un programme où, microcontrôleurs et senseurs dirigent les différentes manifestations du système de déplacement, les engins interagissent entre eux. Des véhicules robotiques (appelés « bogues » pour ce projet) manœuvrent autour des chevaux. Un spectateur muni d’une commande à distance pilote un des «bogues» qui s’agitent dans la galerie. Chacune des manifestations d’Infrasense propose, selon le lieu où elle est présentée, des particularités : par exemple, les 25 et 26 octobre prochains, les artistes procéderont, à Québec, à la cueillette des voix qui seront attribuées aux chevaux.

« Tel un parasite qui se déplace de ville en ville, de pays en pays, Infrasense agit comme un porteur de virus furtifs. Bien que l’installation prenne une forme similaire, elle n’est jamais identique, s’adaptant à son lieu de présentation; elle diffère dans son contenu et possiblement dans la langue utilisée pour approcher son public, tirant ainsi profit de la paranoïa générale des virus ». Tout compte fait, les créateurs du système numérique Infrasense proposent la matérialisation d’entités invisibles à nos yeux mais qui nous interpellent et nous portent à réfléchir sur notre identité et l’arrivée supposée des robots (?).

Robert Saucier vit et travaille à Montréal. KIT est un collectif d’artistes du Canada, de l’Australie et de l’Angleterre qui pratique l’art interactif et questionne dans ses propositions le dialogue entre l’internet et le réel. Entre 2004 et 2006, Infrasense a été présenté en de nombreux endroits, dont : Galerie Séquence (Chicoutimi), The Ben Maltz Gallery (Los Angeles, États-Unis), Peterborough Digital Arts (Peterborough, Angleterre), Cartwright Hall Art Gallery (Bradford, Angleterre), Grunt Gallery (Vancouver), Neutral Ground (Regina), Quartier éphémère (Montréal), Kunstencentrum Vooruit (Gent, Belgique), Folly Gallery (Lancaster, Angleterre), Subtle Technologies Festival (Toronto), InterAccess Media Arts Centre (Toronto).

Subventions obtenues pour le projet Infrasense, au Canada : Université du Québec à Montréal, Hexagram, Institut de recherche et création en arts et technologies médiatiques, Conseil des arts et des lettres du Québec. En Angleterre : The Arts Council of England, Haut-commissariat du Canada à Londres, British Council The Arts Council of England. Donations de compagnies : Ordinateurs pour les écoles du Québec (OPEQ).