GENEVIÈVE
LAPIERRE


Plaqué Or
16 janvier au 11 mars 2007
(hall du Théâtre Périscope)

« Héritées des codes sociaux autant que de l’imaginaire collectif, des images nous imposent un désir obsessif de perfection et de fin heureuse. Nous nous infligeons ces modèles rigides et sans failles, ces icônes plaquées si unidimensionnelles et inhumaines qu’essayer de les rejoindre devient une tâche pathétique. Ces idéaux, incompatibles avec notre condition humaine, finissent par être ridicules. Pourtant, nous nous acharnons trop souvent à faire de notre vie, et ce à l’instar de ces modèles, une image qui oscille sur le manque de force d’une fondation douteuse. » – I. L.

Isabelle Lapierre expose les failles de ces modèles en les présentant comme ce qu’ils sont réellement : des images sans profondeur. Ainsi, tout en essayant de tenir bon dans leur rôle idéalisé, celles-ci trahissent leur supercherie. Dans chacun des tableaux proposés, un élément perturbateur vient briser le rêve. Ceci n’est pas qu’un regard cynique sur nos utopies, mais c’est aussi une réappropriation des images séduisantes, issues de l’histoire, dans une tentative de reconstruction de sens basée sur la réalité.

Isabelle Lapierre vit et travaille à Québec. En 2006, elle complète un baccalauréat en arts plastiques à l’Université Laval. La même année, elle réalise un fascicule d’artiste dans le cadre du projet 1 exposant 2 organisé par le centre d’artistes Wagon. Son travail touche à la peinture et au bas-relief en passant par la vidéo et l’installation.

Vernissage jeudi le 18 janvier à 17 h dans le hall du théâtre
(2, rue Crémazie Est à Québec)
L’exposition est ouverte du lundi au samedi de 12h à 17h30
et de 12h à 20h les soirs de représentation

Site Web de l'artiste : genevievelapierreart.blogspot.ca