La Colonie
Musique, photographie, sculpture, banquet, parade et farandoles
en divers sites de Deschambault-Grondines
18 juin au 26 septembre 2010

L’équipe de l’Œil de Poisson est heureuse de célébrer son 25e anniversaire et de s’associer à Culture et Patrimoine Deschambault-Grondines pour présenter La Colonie, un événement estival réunissant un groupe d’artistes triés sur le volet et sélectionnés par le commissaire Jean-Michel Ross.

Fondé à Québec en 1985, l’Œil de Poisson est un centre d’artistes dont la naissance a été motivée par la volonté de se doter de moyens de production et de diffusion de l’art actuel. Initialement voué à la photographie, le centre a rapidement élargi ses activités de diffusion en étendant son action de l’ensemble des arts visuels aux arts multidisciplinaires, et cela dans un esprit d’expérimentation et de recherches inédites. Par la suite, le centre s’est enrichi d’ateliers de production. L’année 2010 sera marquée par la célébration à l’Œil de Poisson. C’est avec ambition que notre équipe propose trois projets indépendants et complémentaires : L'Affiche, La Colonie et La Maison. Trois facettes de l’identité d’un collectif d’artistes qui a élevé la fête au rang de grand art. La colonie constitue la parenthèse pastorale du 25e anniversaire et c’est avec enthousiasme que nous partageons avec le public la vigueur festive et incisive qui a fait la réputation du centre.

La Colonie est une exposition d’art contemporain qui rassemble le travail de neuf artistes à même ce village patrimonial qu’est Deschambault-Grondines. C’est aussi pour six de ces artistes une résidence de recherche et de production de deux semaines précédant l’événement inaugural. Les trois jours d’ouverture comprennent une panoplie de manifestations artistiques dont quelques-unes ne sont présentées qu’une seule fois. Certaines productions y abordent des questions d’identité, de déplacement, de déracinement, d’imaginaire et même de collection. Plusieurs entrent aussi en dialogue avec la spécificité des lieux en faisant référence à des rites et traditions de la culture populaire québécoise. Pour leurs interventions, les artistes auront su tirer profit et s’inspirer des espaces et du paysage du village pour alimenter leur réflexion. Cette colonie temporaire aura permis la rencontre et de précieux échanges entre les créateurs, mais aussi avec les gens de la région dont la collaboration et l’appui auront été inestimables.

BGL
Le bûcher

Le trio BGL s’est formé à l’époque où ses membres étudiaient ensemble à l’Université Laval il y a maintenant plus de 15 ans. Depuis, ils participent fréquemment à des expositions de groupe et individuelles à travers le monde. Connus pour leur travail critique et explosif, les artistes du groupe BGL créent des installations in situ qui s’approprient l’architecture et l’espace public. Détournant un des emblèmes de la culture populaire québécoise, ils présentent pour La Colonie un feu de joie grandeur nature à l’intérieur d’un ancien presbytère datant de 1815.




Martin Dufrasne
Approximations

Martin Dufrasne détient un baccalauréat en design de l’environnement de l’UQAM et un baccalauréat interdisciplinaire en art de l’UQAC. Ses projets abordent des notions d’échange, de déplacement et de transformation par le biais de langages multiples : installation, photographie et action. Depuis 1998, il poursuit parallèlement à sa pratique individuelle un travail en duo avec l’artiste Carl Bouchard. Pour l’événement, il s’approprie et transforme le deuxième étage d’un ancien presbytère pour en faire une installation qu’il a développée au cours de sa résidence.







Les Fermières Obsédées
Fragment d'une épopée

Les Fermières Obsédées est un collectif d’artistes qui opère dans l’événementiel et l’inédit. Annie Baillargeon et Eugénie Cliche demeurent aujourd’hui les maîtres d’œuvre qui, avec l’aide de participants-es assidus-es ou sporadiques, « complotent » des actions qui mettent en contraste des fresques événementielles ; réelles ou
imaginées. Depuis 2001 les F.O. ont présenté leur travail dans divers contextes et événements au Canada et à l’international. C’est en faisant l’éloge du passé et à travers leurs propres souvenirs, qu’elles redéfinissent devant vos yeux leur alliance fanatique par l’entremise d’une berceuse hypnotique au son grincant de chaises bercantes, d’un piano exalté et de clapotis de talons.






Geneviève et Matthieu
Les magiciens

Artistes/performeurs/musiciens, Geneviève et Matthieu travaillent à Rouyn-Noranda au Québec. Bacheliers en arts visuels, ils présentent depuis la fin des années 90 des installations et performances interdisciplinaires ; un savant mélange d’arts plastiques, de poésie, de musique et d’humour en toute désinvolture. Leur propension à l’originalité se traduit sur scène dans une excitation visuelle et improvisée. Pour La Colonie ils présentent entre autres une performance musicale à même une installation éclatée qui leur servira de scène.










Milutin Gubash
The Old Wind Mill et un extrait de Born Rich, Getting Poorer (épisode 4)

Né à Novi Sad (Serbie), Milutin Gubash vit à Montréal depuis 2005. Il a exposé à plusieurs reprises au Canada et à l’international. Sa pratique artistique comprend la photographie, la vidéo et la performance dans lesquelles figurent régulièrement sa famille et ses amis. Il utilise des moyens simples et  emprunte une gestuelle souvent comique. Par des manifestations tautologiques (son travail est « son travail » et il est lui-même), il questionne les rôles sociaux et domestiques conventionnels et fouille les rapports à l’identité propre et à l’environnement de vie. Faisant partie de la programmation vidéo, l’artiste présente pour la première fois une œuvre qu’il aura faite sur place sur le site de l’un des plus vieux moulins du pays situé à Grondines.










Thérèse Mastroiacovo
Ici
et They Don't Do For Me What They Used To

Le travail de Thérèse Mastroiacovo porte sur l’art en soi comme idée et sur le processus artistique comme méthodologie. Son travail interroge la relation précaire qu’entretient l’art avec sa propre définition. Elle aime jouer sur l’entre-deux, sur l’espace mitoyen qui existe entre les idées, mais aussi les espaces et les structures. Sa pratique a exploré une variété de formes : vidéo, son, installation, photographie, sculpture, dessin et performance. La famille maternelle de l’artiste est originaire de St-Marc-des-Carrières, le village voisin de Deschambault-Grondines. N’ayant jamais vécu dans cette région, son travail porte entre autres sur cette idée de déracinement.





Graeme Patterson
Monkey and Deer

Originaire de Saskatoon, Graeme Patterson vit maintenant à Halifax. Son travail est surtout orienté autour de techniques d’animation qu’il a développées au fil des ans. Sa méthode « faites-le vous-même » est constante dans toutes les facettes de son travail. Depuis qu’il a gradué de NSCAD en 2002, il a surtout exposé des installations sculpturales utilisant la vidéo, la robotique, l’audio, la musique et des composantes interactives. Faisant partie de la programmation vidéo de l’événement, il présente l’une de ses pièces maîtresses intitulée Monkey and Deer.



Roberto Pellegrinuzzi
Créations Lucie

Depuis 1985, Roberto Pellegrinuzzi a présenté plus d’une cinquantaine d’expositions individuelles et collectives au Canada et à l’étranger. Ses œuvres font partie de nombreuses collections publiques et privées et il a réalisé à ce jour plus d’une quinzaine d’œuvres d’art public. Pour l’exposition, il utilise le deuxième étage du magasin général Paré Enr. (un espace patrimonial de Deschambault) pour présenter une installation photographique réactualisant des objets et images du passé.









Kim Waldron
Beautifull Creatures

Kim Waldron est née à Montréal. Elle a obtenu un diplôme de l’université NSCAD en 2003 et est présentement inscrite à la maîtrise à l’université Concordia. Sa démarche photographique, qui juxtapose l’autofiction et des images d’individus prises in situ, a pour but de remettre en question les dynamiques sociales contemporaines. Ses œuvres ont fait l’objet de plusieurs expositions au Québec et au Canada. Elle présente une installation photographique et fera un méchoui lors des journées d’ouverture.














L'Œil de Poisson tient à remercier ses partenaires ainsi que ses commanditaires.
(Cliquez ici pour accéder à la liste)