JOSÉE
LANDRY SIROIS

Débris d'impression
6 septembre au 6 octobre 2013
(petite galerie)

C’est avec excitation que Josée Landry Sirois a accepté l’invitation de Paryse Martin pour la rentrée, présentant son tout nouveau corpus dans la Petite galerie de l’Œil de Poisson. Ce projet d’exposition « carte blanche » l’a menée à explorer de nouvelles créations in situ, dessins, photographies et collages grands formats dont certains seront réalisés directement au mur.

Depuis son enfance, l’artiste collectionne des traces du temps passé : papiers de bonbons, gommes mâchées, allumettes craquées, mèches de cheveux d’amis proches, etc. Ces accumulations de souvenirs deviennent parfois œuvres d’art, couplant sa pratique artistique à sa vie personnelle. La trace, le reliquat, le souvenir et la finitude sont des thèmes récurrents chez Josée Landry Sirois. Abordés de manière très personnelle, ces questionnements ont une résonnance universelle. De ces thèmes surgissent un immense vide, une désillusion, voire un testament.

Malgré ce désenchantement palpable, l’accumulation maniaque de petits objets et de bouts de papier signifiants, émanent une multitude de signes de vie et une résistance acharnée à la mort ; comme autant d’empreintes que le temps n’arrive pas à effacer. Fidèle à son habitude, l’artiste s’approprie l’espace, l’investissant au maximum de symboles percutants, dont la résonnance est ici particulièrement forte et poignante.

Josée Landry Sirois, détentrice d’un baccalauréat en arts plastiques et d’un certificat de deuxième cycle en édition de livres d’artistes, de l’Université Laval, vit et travaille à Québec. On a pu voir son travail à la Manif d’art 3, au Symposium international d’art contemporain de Baie-Saint-Paul, à la Galerie des arts visuels de l’Université Laval, au Musée Régional de Rimouski et aux Maisons de la culture Frontenac et Mont-Royal à Montréal. Lauréate d’un concours international, elle a présenté une exposition solo à la Peak Gallery de Toronto. Son travail fait partie de plusieurs collections privées et publiques (BMO, Desjardins, collection Prêt d’œuvres d’art du MNBAQ, Ville de Québec). L’artiste est représentée par la galerie Michel Guimont à Québec.

L’artiste tient à remercier sa famille, Yana Ouellet, Claudie Gagnon, Eugénie Cliche, Martien Bélanger, Michel Guimont, Norbert Langlois, Marie-Christine Morin, Jino Hosaka, Marie-Lisa Côté et l’Atelier de la Mezzanine.
http://www.patriciadorfmann.com/

Vernissage vendredi le 6 septembre 20h
Rencontre avec l'artiste à 19h30
















Photos : Ivan Binet