ESTHER
KEMPF
" Fur Filomena"
© Esther Kempf

Résidence de création
17 janvier au 31 mars 2017
(Petite galerie)

Vernissage 31 mars à 20 h

Rencontre avec l’artiste à 20h30

1- Les étiquettes des produits sont en français et en anglais et les quantités sont indiquées dans les deux unités de mesure.
2- Dans les parcs couverts de neige, les gens marchent à hauteur des bancs, 40cm plus haut qu’en été.
3- Des groupes de gens sont debout sans bouger, leur corps et leur regard sont tous tournés dans la même direction, ils attendent leur bus qui est en retard.
4- Les piétons peuvent traverser les intersections en diagonale.
Ces quatre observations d’Esther Kempf, l’actuelle artiste en résidence à l’Œil de Poisson pour trois mois, sont ses premières impressions sur la ville de Québec et ses habitants.

Esther Kempf est née au Cameroun, a étudié à Amsterdam, a vécu en Argentine et à Paris. De nationalité suisse, elle vit et enseigne l’art au département d’architecture de l’ETH à Zurich. Le voyage, le déplacement à travers des résidences d’artiste dans le monde entier sont essentiels au travail de Kempf.

L’artiste dessine selon des inspirations quotidiennes. Telle une metteuse en scène, les objets, la lumière et les mots sont ses protagonistes. Elle examine les phénomènes physiques comme le mouvement, l’échelle et la gravité et les transforme en installations, en sculptures, en photographies, en vidéos oscillant entre l’illusion et la réalité. À travers de petites interventions, elle interroge les objets banals comme des meubles, du ruban adhésif, des cartons de lait, des allumettes, des plantes d’intérieur ou des livres auxquels elle confère une nouvelle identité au sein d’un environnement choisi par l’artiste. Avec une touche d’humour et de poésie, Kempf manipule, dans ses travaux, notre perception du quotidien et nous démontre que nous ne le percevons pas tout à fait tel qu’il est.

Durant ces trois mois, l’artiste va rechercher des caractéristiques locales, comme l’influence des conditions météorologiques sur les mouvements de la ville, le langage et les qualités spécifiques de l’espace d’exposition. Dans le cadre de sa résidence, elle privilégie un travail sur la présence et l’absence d’objets dans un espace physique. Elle prévoit de rendre visite à des gens sur le point de déménager dans un appartement ou dans une maison afin de les questionner sur la manière dont ils vont meubler ces pièces vides. De plus, elle travaille sur un ensemble de meubles, dont la structure deviendra une sculpture en accord avec les questions d’espace, la distance et l’accessibilité.

La résidence d’Esther Kempf se tiendra jusqu’au 31 mars et sera suivie d’une exposition dans la petite galerie de l’Œil de Poisson jusqu’au 28 avril 2017.

http://estherkempf.com/

L’Œil de Poisson a reçu un soutien financier de Swiss Arts Council Pro Helvetia afin d’organiser la venue d’Esther Kempf à Québec pour son exposition.